Devenir nomade, voyager à l'année

🌴 Comment devenir nomade digital : quels métiers et formations choisir ? 🌴

 

Cette semaine, je vais répondre d’une façon honnête à une question qui me revient quasiment tous les jours. Comment faites-vous pour vivre à l’année sur les routes ? Aviez-vous des économies ou travaillez-vous ?
Nous travaillons tous les 2 et en plus nous avons pu choisir des métiers qui nous correspondent. Nous sommes ce que les néo-nomades nomment des nomades digitaux.
J’ai fait de la rédaction web, maintenant je me lance dans le blogging et mon mari après avoir fait de la traduction se lance dans le développement d’application PHP et symphony.

C’est pourquoi, aujourd’hui, j’écris cet article. D’abord, c’est totalement le but de ce blog, aider les gens à réaliser leur rêve de voyage, cela fait partie de la boite à outils dont je vous ai déjà parlé, mais aussi pour laisser une marque de ce que je dis en privé à nombre d’entre vous. J’adore aider et je suis disponible à chaque fois qu’on me le demande sans langue de bois avec les détails qui me sont demandés. N’hésitez donc pas à laisser un commentaire au-dessous de cet article.

Je vais reprendre toutes les demandes et les couchers noirs sur blancs sur le blog. Je vais parler de nous, puisque ce sont les sources que je connais le mieux, comment nous en sommes arrivés la, les ressources que nous avons utilisées et où elles nous ont emmené.
Comme toujours, en totale transparence, attention c’est long, mais je préfère les articles complets à faire des tas de plus petits articles pour juste créer du contenu.

En prélude, je dirai que nous gagnons plutôt bien notre vie et je suis bien mieux payée que lorsque je travaillais dans la gestion financière, je parle en taux horaire. Niveau salaire, nous choisissons le montant que nous souhaitons gagner, ce n’est pas merveilleux ça ? Aujourd’hui, nous pouvons nous payer le luxe de choisir notre qualité de vie à tous les 4 et non une survie pour payer les factures.
Nous avons aussi un meilleur pouvoir d’achat, mais ça j’y reviendrais sur un autre topic, c’est un sujet important, l’argent est le nerf de la guerre. Je vous rassure nous ne nous nourrissons pas de racines et nous ne nous lavons pas à l’eau de pluie. Chez nous l’argent, n’est pas tabou, je vous dirai tout, plus tard. Néanmoins, j’ai la chance de ne plus avoir à me tracasser pour les fins de mois. Nous avons une vie plus saine avec un rapport différent à l’argent. Mais je m’égare j’ai dit que j’en parlerai un autre jour.

Aujourd’hui, je souhaite me cantonner à notre sujet : comment devenir un nomade digital : se former à ces métiers. Je vais traiter de la partie formation. Les changements de ce qui se passe dans la tête des voyageurs à l’année c’est à nouveau un autre sujet. Je reste sur : comment le devenir et surtout comment vraiment gagner sa vie loin d’un carcan métro, boulot, dodo.

Tu veux voyager plus? Plus souvent? Plus longtemps?

Je t'offre un guide avec 23 astuces pour autofinancer (ou presque) tes voyages. Tu as juste à me donner ton prénom, ton adresse mail, puis je m'occupe de l'envoie de ton cadeau de bienvenue. Puis, je te propose de se retrouver quelques part sur terre pour prendre un verre, ok?

Je vais parler de comment se lancer, notre organisation personnelle, car nous connaissons mieux ce que nous savons, les meilleures formations que nous avons suivies et surtout de celles qui nous ont permis de gagner notre vie. Combien gagnons-nous et en combien de temps avons-nous été « rentables » ? N’est-ce pas les questions que vous vous posez ? Et dont vous aimeriez avoir les réponses ? Si ? Et bien, c’est parti, nous y allons ! Je résume dans l’ordre chronologique, vous, vous lisez comme vous voulez.

Sauter le pas, se former à nouveau

Quand j’explique notre mode de vie, le fait que nous gagnons bien notre vie de partout, sur les routes, les gens pensent saisonnier, ou petit complément de revenus qui nous permettent juste de survivre. Nous sommes bien loin de ça, comme j’ai écrit nous favorisons notre qualité de vie et cela passe par un changement de la conception du travail. Nous voulons être acteurs de nos vies. Travailler pour vivre et non vivre pour travailler. Nous sommes conscients que l’argent ne tombe pas du ciel, mais nous choisissons nos horaires où il va entrer dans nos poches et ça, c’est déjà un grand pas vers cette fameuse qualité de vie et qui nous permet un équilibre a tous les 4. Imaginez une seconde : c’est vous qui choisissez la répartition de vos horaires de travail. Je ne dis pas que vous travaillerez moins, je dis juste que vous allez pouvoir choisir quand ! Suivre votre rythme et celui de votre famille.

Investir pour mieux rebondir

La chose que j’aime mettre en avant c’est justement la formation. Il n’y a pas changement de métier sans apprentissage de nouvelles compétences. Je ne parle pas d’un petit boulot, mais d’un vrai travail rémunérateur qui va vous permettre d’en vivre.
Je vois beaucoup de mes confrères galérer, beaucoup de personnes se lancent sur le NET et ne gagne rien. C’est un fait, c’est une réalité et c’est ce qu’il fait aussi qu’il y a encore énormément de place sur Internet.
Ces personnes là, pour la plupart, pensaient que c’était ultra simple, qu’il suffisait d’un ordinateur, une connexion internet et c’était parti pour gagner sa vie. Ils s’imaginaient qu’ils pouvaient tout apprendre directement avec maître Google, tout seul, et c’est tout. L’argent sortirait-il du computer ?
Bon, déjà, je dois saluer qu’ils aient les outils de bases, mais comme tout VRAI métier, car ce sont de vrais métiers, ben, il faut les apprendre. Et y investir du temps, de l’argent, c’est la seule chose dont vous avez besoin. Je vous rassure les deniers, peuvent ne pas être les vôtres, mais le mérite et le travail, c’est à vous que ça incombe.

Dans notre cas, vous pourriez penser que nous sommes une belle réussite, une chance, je vous montrerais les chiffres un peu plus bas, mais la différence, ce n’est pas que nous sommes plus intelligents, plus chanceux (nous avons un sacré quota de poisse, mais ça on s’en fout et surtout on relève la tête, on avance, nous ne sommes pas des crackers), nous ne sommes pas plus je ne sais quoi d’autre, que vous ou un autre, non. Nous sommes comme vous, nous avons juste osé reprendre à zéro et se (re) former pour mieux repartir. Nous avons baissé la tête, pour une fois, fait le deuil de nos formations et études passés qui nous ont servi... à rien du tout ! Par contre, nous avons choisi une vraie voie plaisir. Quand à 18 ans, les profs, les parents, la société te demandent de rentrer dans le moule et choisir un métier alors que tu ne sais rien de la vie, à 30 ans, tu as un peu plus avancé. Tu sais ce que tu veux, mais surtout ce que tu ne veux plus du tout.  Tu as des enfants (ou pas) et une tout autre vision de la vie. Cette expérience elle vaut de l’or. Ce sont tes bases, pour choisir ta vie ! Et ça tout le monde, vraiment, tout le monde peut le faire. Il suffit de surpasser ses craintes, se centrer sur soi, vous savez quoi, nous verrons ça plus tard ;).

Être acteur pour choisir sa vie.

Souvent, les gens n’aiment plus leur vie ou une partie importante de celle-ci, ça les déprime, ça se comprend parfaitement. Peut-être es-tu dans ce cas de figure ? Mais, souvent, nous n’osons pas en sortir, l’inconnu fait peur, les factures tombent tous les mois et puis c’est tellement plus simple d’attendre même si cela déplaît, car nous avons la maîtrise de notre vie moyenne. Alors que tout changer, c’est un risque, que va-t-il se passer ? Si c’était pire ? Une erreur ? Et puis, je vais encore devoir faire un effort, je suis épuisée, et si au final cela ne marche pas ? J’aurai perdu mon job, ce n’est pas rien. Aujourd’hui, il y a (je ne sais pas, attend je regarde sur Google) 8,6 % de chômeurs en France, c’est un fait qui terrifie. Il me faut du temps, alors que j’ai déjà une vie accomplie, des enfants en charge, des responsabilités. Il me faut de l’énergie, j’ai tellement essuyé de déception, je ne sais pas si je serai capable d’en subir une autre en plus. Et puis, j’en passe... Écoutez vos craintes et vous entendrez ces bonnes raisons.

Moi, j’ai juste envie de te dire, quand tu seras sur ton lit de mort, qui entre nous sera peut-être demain. Aie, je viens de me prendre une claque par tous les superstitieux, je vais arrêter avec ces conneries sinon je signe mon arrêt de mort. Bref, quand vous serez en train de faire le point sur votre vie, votre dernier face à face, quand au final il sera trop tard, est-ce que vous aurez le sourire de votre vie accomplie ? Vous partirez, satisfait, ayant vécu la vie que vous vouliez ? Car au final, dans ces pensées macabres, nous sommes tous conscients que nous n’avons qu’une seule vie, aucune chance de se louper, juste une, une seule, sans replay alors que faisons-nous pour ne pas nous en rendre compte quand il sera trop tard ?

Oui, vous pouvez perdre du temps, oui, vous pouvez vous planter. Mais :

  1. C’est souvent bien moins grave que ce qu’on pense, on risque bien moins de choses et surtout nous avons généralement des solutions, surtout en France. J’imagine souvent la pire des situations et après je vois comment je réagirais si cela survenait, souvent déjà c’est improbable que tout soit catastrophique. Ensuite, je cherche toutes les solutions, toutes, même les plus invraisemblables. Au final, grâce à cette méthode je vois que les risques sont mesurés. Un exemple, j’ai négocié une rupture conventionnelle, j’ai quitté mon job pour faire ma formation, j’ai 2 ans de chômage, 2 années entières ! Bordel, est-ce que je suis si incapable de me sortir les doigts des fesses pour faire ma formation et trouver un boulot en 2 ans ? Je vais me former à un métier qui recrute, je suis une personne capable, je vais réussir. Où est le risque ? Mais admettons, j’ai besoin de plus de temps, où sont mes ressources ? Je diminue tout, tout le superficiel et je sais sans vous connaitre que votre budget en comprend. Je demande des aides, je vois une assistante sociale, je vais revivre chez mes parents, je vends tout mon surplus dans la maison pour gagner encore et encore des mois qui me manquent. Encore une solution de trouver. Je vends ma voiture, ma maison, des meubles... Je gagne encore les mois qui me manquent... Ah oui, il peut y avoir une guerre, une famine, un choc boursier... Mais ça, même si je reste à mon poste, tranquille dans mon quotidien qui m’étouffe, je serai tout de même affectée. Bon, c’est simpliste, je n’ai pas trop réfléchi à la question, mais vous avez compris le principe. Des solutions il y en a toujours, toujours pour ces cas de figure et puis jamais n’est pas français, n’est-ce pas ? Nous avons déjà battu les all blacks, ça prouve tout alors.
  2. Ce n’est bien qu’en France que l’échec est vu comme une honte. Dans la plupart des autres pays, l’échec est justement une expérience et est reconnu sur les CV. L’adage que nous apprenons de nos erreurs est bien vrai et non surfait. Vous pouvez recommencer et repartir. Vous pensez que tous les grands de ce monde ont réussi du premier coup ? J’ai lu un livre il n’y a pas longtemps, mince je ne sais plus le titre, il expliquait tous les échecs de ceux qui sont, aujourd’hui, à la tête de multinational. Je vous assure, cela n’a pas été une victoire du premier coup, et encore heureux, car nous apprenons de ces erreurs, nous grandissons. C’est un peu comme avec les mecs en fait, le premier est rarement le dernier, à chacun nous savons ce que nous ne recommencerons plus ;). Bon, nous ne voulons pas forcément tenir une multinationale ni changer de mari, nous n’aurons pas le temps pour ça, nous voulons bien gagner notre vie et avec mes conseils, comme nous, vous réussirez. En même temps si vous changez de vie, aujourd’hui, c’est parce que vous vous êtes trompés hier. Cet échec vous permet une chose, savoir que c’est le moment d’être tout simplement et pleinement heureux et en accord avec soi-même.

Allez pause musicale.

Apprendre ce qu’on aime, prendre du plaisir.

D’autres encore pensent que c’est compliqué, cher, inaccessible pour eux. Vous n’êtes plus le petit enfant qui a loupé ses études, vous savez ce que vous voulez et entre nous, vous le verrez dans le temps je n’ai pas une grande opinion de l’instruction en école. Comme j’ai écrit plus haut, j’ai un très bon niveau d’étude et cela ne m’a servi à rien, nada, que dalle, à part faire ma belle et encore dans le monde des nomades ce n’est absolument pas un rang sociétal envié. Je pars du principe et j’en fais la magnifique expérience avec mes enfants que lorsque nous apprenons ce que nous voulons, ce que nous aimons, avec un but réel et concret, à la fin, ben bizarrement nous réussissons bien mieux. Ça va être exactement la même chose pour vous. Oui, parfois, vous allez voir des trucs qui vous dépassent, que vous n’aimez pas, mais la pilule est bien plus facile à avaler, car vous savez pourquoi vous devez l’apprendre. Ce n’est pas comme tous nos pauvres gosses à qui nous apprenons une tonne de trucs sans leur expliquer pourquoi, juste parce que c’est comme ça, un point c’est tout. C’est important de le savoir et puis entre nous arriver à l’âge adulte nous voyons combien nous avons oublié, car justement cela ne nous a servi à rien. Bref, passons, ce n’est pas le sujet.

Tellement simple d’apprendre

J’irai même encore plus loin, cela n’a jamais été aussi simple d’apprendre et changer de voie vers les métiers du digital, mais aussi dans d’autres voies. Nous sommes dans une société qui se prête à ce mode de vie et de travail.

Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de repartir sur les bancs de l’école et nous pouvons le faire directement de chez soi, à distance, en e-learning.

Internet, est un bijou pour les formations, mais j’avoue c’est aussi une jungle, où, nous avons tout et souvent n’importe quoi. C’est super compliqué de s’y retrouver et trouver LA formation qu’il nous faut.

J’ai passé des heures et des nuits entières pour trouver les formations que je souhaitais, je n’exagère pas. J’ai aussi investi beaucoup d’argent, parfois j’ai même perdu de l’argent. Oui, une formation est un investissement, voyez-le ainsi, car c’est juste ça. D’ailleurs, je continue encore à me former, je garde une somme tous les mois pour continuer encore et encore, plus parce que j’aime ça que par besoin. J’y reviendrai plus tard, une fois encore.

Plus loin dans cet article, je vais vous parler de formations que j’ai suivies et qui ont été pour nous nos meilleurs investissements, histoires que si l’aventure vous prend, vous ne cherchiez pas comme moi durant des jours et des jours. Je ne pense pas qu’un jour (mais jamais n’est pas Français) j’écrirai une formation, des guides oui, des ebooks oui, ce sont de bonnes mises en bouche, en matière, mais ce ne sont pas des formations. J’aime rendre à César ce qui est à César. Je me suis formée grâce à de supers formations et je suis une personne ultra droite dans mes bottes, je ne volerais pas le travail des autres comme nous voyons beaucoup sur internet et dont j’en ai fait les frais. Pour, ensuite, me les approprier et gagner ma vie comme ça. Je trouve cela petit, mais je ne suis pas là pour régler mes comptes, cela ne vous apportera rien et à moi non plus, à part un ulcère à l’estomac et encore une fois je n’ai pas changé de vie pour ça. On devient zen quand on voyage autour du monde, on apprend à laisser couler ces petites choses, car nous avons un gros avantage. Moins de stress, un verre de la colère/frustration/agacement, bien moins rempli que le votre, qui, subissez les assauts tous les jours d’un patron > con, enfants> chiants, collègue> merde je trouve pas la rime. Bref vous connaissez vos bons gros motifs de chiantitude ! Revenons à nos moutons.

Formation le passage obligé

Donc la formation est pour moi essentielle pour ne pas dire primordiale, pour ne pas dire INDISPENSABLE. Par ailleurs vous avez beaucoup de solutions pour payer votre formation, votre argent certes, j’ai financé moi-même toutes mes formations, je ne voulais pas m’embêter avec les papiers. Mais j’avoue que dans certains cas, c’est mieux quand ça sort de la poche d’un autre.
Dimitri, par contre, a fait une formation financée par pôle emploi, car il lui restait un reliquat jamais utilisé de chômage. Nous y reviendrons plus loin dans l’article. Vous pouvez aussi utiliser votre fongecif même pour les formations à distance, je crois que c’est l’option FOAD (formation ouverte et à distance). Se former devient accessible à tous et « devrait » l’être de plus en plus avec les différentes réformes.

Aujourd’hui, dans les métiers du digital il y a ÉNORMÉMENT de demandes, ÉNORMÉMENT de travail, vraiment. Ceux qui ne trouvent pas, soit ils ne cherchent pas (tout court ou au bon endroit), soit ils ne connaissent pas bien le métier, soit ne se sont pas suffisamment former, soit n’ont pas une activité qui leur convient, soit s’y prennent mal. Mais si vous mettez cette phrase au positif, vous ne pouvez pas ne pas gagner votre vie comme il se doit.

Trouver sa voie, son équilibre de vie.

Le plus important dans ce mode de vie et de travail c’est choisir une activité qui vous plait et s’y lancer vraiment comme si c’était votre source de revenus. Mais attends ! C’est ta future source de revenus, la blague ! Il faut aimer son travail, pour pouvoir s’y mettre seul dans son coin, sans aucun patron pour nous rappeler à l’ordre. Il faut aimer se mettre à la tâche, pour optimiser son temps, ne pas se perdre sur internet et au final ne rien faire du tout. Ça s’appelle la procrastination, c’est un mot à la mode chez les freelances. Repousser a demain ce que nous pouvons faire aujourd’hui, il y a même des formations à ce sujet... En gros se discipliner pour aller dans son intérêt, être adulte quoi.

Il faut aimer son travail, pour au final, aimer totalement sa vie, non ? Moi j’aime ma vie, j’aime mon travail, bien que je sois en train de changer de voie. Je souhaite être toujours plus en accord avec moi-même et puis dans la vie, nous évoluons. C’est fini de rester au même job ad vitam aeternam. Je fais les choses par étape, je ne me lance pas dans la précipitation, je fais les choses que lorsque je suis sûre que je suis douée et prête pour le faire, parfois je change de plan, mais je suis bien dans mes bottes, n’est ce pas le plus important ?

Vous n’avez pas de concurrence

J’ai une conception de la concurrence différente de certains, à l’instar de Matrix et la cuillère qui n’existe pas.

Il n’y a pas de concurrence, jamais. Ne pas le voir ainsi donne un autre angle de vue, il ne faut pas essayer de se battre et changer les choses dont nous n’avons pas la main, mais être acteur sur ce que je peux agir. Pouvez-vous agir sur la connassatitude de votre voisine ? Non, c’est une perte de temps, mais vous pouvez ne pas lui parler et l’ignorer, ou lui casser la gueule, mais ça ce n’est pas joli.
J’ai eu un commerce, j’ai bossé dans des entreprises (banque et assurance). Je n’ai jamais vu les autres comme mes concurrents, mais comme mes confrères. Pourquoi pensez-vous que les mêmes secteurs d’entreprises se placent à côté de leurs « concurrents » ?

Plus vous aurez de personnes qui feront votre métier, plus il va se démocratiser, car il sera plus vu, plus dans l’inconscient nous créons un besoin, les gens se disent qu’ils doivent l’utiliser. Cela ne veut pas dire que vous devrez baisser vos prix, mais justement jouer sur votre marque. Quand vous êtes freelance, votre marque c’est vous. Pourquoi achetez-vous chez Desigual, Apple ? Ce n’est pas pour le prix voir même le rapport qualité/prix, c’est pour la marque, cette marque qui vous ressemble, qui a les valeurs que vous voulez, les options dont vous avez besoin.

Dans la vie c’est pareil selon moi. Si, les personnes choisissent de travailler avec moi, c’est pour moi, pour mes compétences, pour mes qualités et ce que je peux leur apporter. Lorsque je vendais des assurances vie, j’ai très rarement baissé mon taux d’entrée, c’étaient mes commissions. Oh ! On me l’a souvent demandé, mais c’était ma paye. Et, tout comme vous ne demandez pas à votre garagiste de vous offrir la main d’œuvre, je ne baissais pas ce qui était pour moi mon salaire. En échange, j’offrais un service impeccable, ce qu’en y réfléchissant bien est la demande d’un client.

Ça doit être votre crédo plus tard aussi, mais là encore je me rends compte qu’il faudra que je fasse un article bien plus complet sur : comment se vendre, comment justifier son prix. Vous aurez toujours des personnes moins chères que vous, n’essayez pas de vous adapter à ces prix, ne vous abaissez pas à tirer vers la médiocrité et le nom respect de votre personne. Même si c’est bien Français ce système. Justifiez-vous, relevez votre tête, et montrez pourquoi travailler avec vous c’est le bon choix, que ça fera gagner de l’argent, du temps, que vous êtes la personne... Votre salaire est juste, mérité, ni trop cher, ni trop bon marché. C’est une relation gagnant/gagnant, comme nous devrions toujours connaitre.

J’ai toujours été moi, je me suis toujours donnée à fond, faisant de mon mieux dans mes divers métiers, je ne me lançais que lorsque je savais que je pouvais faire du vélo toute seule ;) . Voilà votre objectif et vous savez quoi ?
C’est bien plus simple que vous le pensez, car justement il faudra juste que vous soyez vous, avec des compétences en plus. Que vous vous respectiez et réappreniez à avoir confiance en vous. Je sais combien d’années d’école et de travail ont ébranlé ces qualités, ce caractère. C’est un travail sur vous-même, mais vous en sortirez bien plus grand. Vivez votre vie, c’est la votre, vous n’en avez qu’une et personne n’a le droit de vous la chibrer, personne ! Des alternatives il y en a, je vous en montre une, il y en a d’autres, à vous de choisir votre vie.

Comment se passe une journée autour du monde chez les Subrini’s

Je vais juste parler de notre organisation pour donner un exemple de ce que vous pouvez trouver en travaillant pour vous. Mais, votre seule limite c’est votre imagination et le montant de votre salaire que vous allez choisir.

Chiffrez son salaire, ce n’est pas beau ça ?

Vous devez partir de la base et établir votre budget ce qui vous permettra de choisir votre salaire. Si vous changez de vie, il faudra l’adapter. Ainsi vous devez enlever tout ce que vous ne paierez plus. Les trajets, le repas du midi, si vous faite comme nous, l’électricité, impôt foncier/locatif, eau... Ou bien, partez de tout ce dont vous avez à payer, ici, il reste (je ferais un article sur ce sujet, encore un, dans le détail) un crédit, car nous avons fait le choix de ne pas tout rembourser pour garder une soupape de sécurité, nous avons la même somme d’argent de coté pourtant, mais c’est notre choix, les impôts, le forfait bancaire, le téléphone, le logement, la nourriture, l’argent de poche, les trajets, les frais des blogs et l’épargne. Cela nous fait presque 1900 € en tout. Nous avons plusieurs postes que nous pourrions baisser dont nos 400 € d’argent de poche par mois, ce qui, dans les pays que nous visitons, est tout juste énorme, l’épargne, les frais des blogs, un peu sur la nourriture et même les trajets. Nous pourrions vivre bien si nous avions besoin avec 1200 €. Je rappelle que nous sommes une famille de 4.

Revenons à nos moutons. Dans mon exemple, nous avons besoin à 2 de 1900 €, soit 950 € chacun. Chez nous, ce n’est qu’un compte, qu’un seul budget.
Après avoir fait ce budget, il faut calculer le temps que vous aurez besoin pour gagner cette somme. Parler plutôt à la mission que temps horaire. Vous pouvez peut-être travailler plus vite que la moyenne du secteur. C’est mon cas dans la rédaction web.
Dans mon cas, suivant le travail demandé, si je devais le convertir à l’heure, je demanderai entre 25 et 40 € de l’heure, ainsi pour atteindre les 1900 €, dans mon cas j’aurai besoin de travailler environ 19 h/semaines si je suis à mon tarif minimum, mais je ne suis pas seule puisque Dimitri travaille aussi. Vraiment cela dépend de comment vous voulez travailler, moi je préfère avoir les mêmes clients, d’autres justes des missions ponctuelles, à vous de voir. Quand je faisais de la rédaction web j’avais 3 clients pour environ 2000 € et je travaillais 15 h/semaine. Aujourd’hui, je change de voie pour me consacrer au blogging.

Mon temps de travail

Je travaille aujourd’hui sur mon blog, autant que la plupart d’entre vous, environ 30 h/semaine. Je suis en autoentreprise, faut vraiment que j’écrive vite un article sur ce sujet, car il y a moyen de faire beaucoup d’économie et de ne payer « presque » pas impôt avec ce système, mais pour le moment, revenons à nos chèvres, oui je laisse un peu les moutons tranquille.

Pouvoir choisir ses horaires de travail
C’est vrai elles sont belles aussi, pourquoi pas elle ? Revenons à notre sujet.

Je peux choisir mes horaires, je travaille de chez moi, je n’ai pas de trajet. Et ça, c’est trop bon ! Le plus important c’est trouver son rythme et ne pas hésiter à en changer quand vous voulez moduler votre vie. En gros vous travailler pour vivre et non l’inverse. Votre travail s’adapte à vous et non l’inverse. Vous savez maintenant combien de temps vous devez travailler, maintenant place à l’organisation.
L’important est bien ici ! Savoir combien j’ai besoin de travailler et faire ces heures quoiqu’il arrive, quand vous voulez, mais vous faite le job pour lequel vous êtes payé et impeccablement ! C’est ce qui fait la différence. Vous n’imaginez pas le nombre de propositions de travail que j’ai refusé, car justement les employeurs ne trouvent pas de personnes sérieuses dans le monde du digital. Il y a beaucoup de travailleurs du dimanche ou bien de personnes mal formées.

Je suis une personne ultra organisée, c’en est presque maladif chez moi. Je planifie énormément mon travail, j’ai des jours pour travailler tel ou tel sujet... Bon, ne paniquez pas si vous n’êtes pas ainsi, néanmoins vous allez devoir être un minimum discipliné. Ne perdez pas de vue que c’est vous qui choisissez le montant de vos revenus et pour ça vous allez choisir quand vous allez travailler, mais vous devrez travailler le nombre d’heures nécessaires pour avoir le salaire dont vous avez besoin.

Si vous ne travaillez pas, vous n’avez rien, si vous travaillez comme une dingue, vous avez beaucoup... CQFD.

Niveau horaire, j’ai un peu tout essayé, j’ai travaillé 3 jours complets de 8 h, puis le reste de la semaine pour moi, j’ai travaillé les soirs jusqu’à minuit voir 2 h du matin, j’ai bossé un peu tous les jours quand je me sentais prête (ce fut un fiasco)... Parfois c’était en test, parfois c’était pour être en accord avec la vie que nous avions à l’instant T.

À l’heure où je vous écris, je travaille « généralement » 4/5 h par jour, mais tous les jours (ou presque). Si un jour je ne peux pas travailler, tant pis c'est mon jour de repos. C’est un rythme qui me convient bien. Je travaille le matin de 9 h à 12 h pour les choses intellectuelles puis le soir de 21 h à 23 h pour les choses qui demandent moins d'énergies. Puis j’ai toutes mes après-midi de libres avec mes enfants, à faire des découvertes... Le soir, j'ai du temps pour faire des choses pour moi. Grâce à ce rythme, je n’ai pas l’impression de vraiment travailler, c’est pourquoi mon rituel du matin est très bien rodé, je bosse tous les jours, sans rechigner. En fait, je pense que ce n’est même pas un travail dans le sens labeur. Dimitri lui, n’est pas du matin, mais alors pas du tout... (Je suis mauvaise langue ce matin il s’est réveillé à 9 h). Il travaille le soir généralement de 20 h/21 h à 1 h ou 2 h du matin, et cela depuis des mois. C’est son rythme. C’est notre équilibre familial du moment.
À vous de trouver le votre, tout est possible, tout est réalisable, tant que vous faite votre job.

Combien de fois ai-je entendu des personnes me dire qu’ils avaient des pauses trop longues, des horaires ou jours incompatibles avec leurs vies, qu’ils ne voyaient pas grandir leurs enfants, qu’ils n’avaient jamais de temps pour eux .... L’avantage d’une activité comme la nôtre c’est justement pouvoir choisir son rythme et non devoir s’accommoder de ce qu’on nous donne. Je me répète, mais travailler pour vivre et non vivre pour travailler. Ça change drôlement une vie.

Et le début, ça s’est passé comment ?

Dès le 1er mois de la fin de ma formation de rédactrice web, j’ai gagné 1000 €, c’était mon objectif de revenu. Dès le 2d mois, j’avais trouvé tous mes clients et donc refusé du travail. Je travaillais généralement 3 à 6 h pour chacun de mes clients pour environ 600 à 800 € par contrat. Mon administratif se résumait, à faire mes factures à la fin de chaque mois. C’est tout, à la fin j’avais juste 3 clients, cela me suffisait amplement.

Aujourd’hui, je travaille plus d’heures, comme je vous ai déjà dit, environ 30 h, car je suis en train de préparer ma reconversion en blogueuse à temps plein, ça ne me gêne pas, car j’en suis arrivée à un moment où je souhaite juste écrire pour moi. Mon travail de rédactrice web m’a permis de mettre suffisamment de côté pour pouvoir me lancer directement dans cette nouvelle activité le temps que les revenus du blog suivent et j’ai appris, je me sens prête.

Vous voyez, les métiers du digital sont de vrais métiers, à temps plein ou presque, qui demandent une expertise, mais qui rapporte autant que l’investissement temps que vous leur donnez. Vous devenez maître de votre salaire.

J’ai des amis qui travaillent énormément sur 3 mois, puis prennent une mini retraite de 3 mois, pour revenir travailler autant et cela continue... D’autres qui travaillent bien moins que nous, bougent moins vite et d’autres totalement l’inverse... Vraiment c’est à vous de voir par rapport à vos envies, votre capacité, votre mode de vie, votre budget...

Avoir un équilibre familiale
Pouvoir choisir son rythme de vie pour un équilibre familiale. Italie, Bomarzo, le jardin des monstres.

Tout cela est bien beau, mais comment je me forme, moi ? Je vais vous parler de 2 centres de formation que je connais particulièrement bien, puisque nous avons suivi leurs formations et qui nous ont permis de vivre cette vie, ce sont les 2 meilleures formations que nous avons suivies. Mon centre de formation pour devenir rédactrice web et le centre de formation de mon mari avec qui j’ai aussi suivi quelques formations particulièrement enrichissantes. C’est un centre de formation qui propose un plus large choix de métier du digital très qualifiant. Ce sont nos 2 meilleurs investissements à ce jour et je peux donc vous les conseiller les yeux fermés.

Les formations du web, comment choisir.

Pourquoi ces formations et pas d’autres ? Dans le monde des formations vous en avez pléthore qui vous offre un support et c’est tout. Pour moi, vous payez super cher un simple livre, guide. Certes vous avez régulièrement une personne qui répond à vos questions, mais brièvement, sans réelle profondeur, sur un forum, mais quasiment jamais du coaching, un service personnalisé alors que c’est ça une formation pour moi et ce dont vous avez besoin. Vous payez une formation pour avoir un formateur pour vous, une personne qui vous guide, qui vous aide dans vos lacunes vous permet de les gommer, qui souligne vos qualités et vous montre comment les transcender.

Vous avez aussi des voleurs de formations comme je les nomme, ils n’ont aucune réelle expertise dans le domaine, ils l’ont acheté à quelqu’un et ils vous la livrent à nouveau presque en paraphrasant seulement. Ainsi, si vous avez une question, ben il n’y a personne, car ils n’ont pas vécu le métier, c’est vide, c’est plat...

Sinon vous êtes autodidacte et je vous conseille plutôt de lire des guides et poser vos questions directement à l’auteur ou sur les forums. Vous gagnerez de l’argent, bien que ça peut être suffisant si vous savez comment vous y prendre, cela va prendre bien plus de temps et surtout, tout le monde n’a pas la faculté de se venter être un parfait autodidacte.
Mais si vous voulez aller plus vite, vous former vraiment à fond et savoir sur quoi vous devez vous améliorer, vous devez choisir une formation, une vraie, je vous présente nos 2 meilleurs investissements.

J’ai écrit 2 articles complets sur ces 2 formations, un article, découvrir les métiers de la rédaction et du contenu du web. Puis, l'autre article la meilleure plateforme pour les métiers du digital, il y a un vaste choix de formation toutes excellente, allez voir le détail de mes articles.

Bon, ben, c’est un bien long article que je viens de vous faire, j’espère qu’il ne fut pas trop indigeste, c’était important de dire tout cela et de répondre à une question qui occupe beaucoup les esprits, le plus en détail possible. Je vous souhaite vraiment et sincèrement de trouver votre rythme de vie, votre équilibre, c’est vraiment le but de ce blog et l’envie qui m’anime.

La section commentaire ci-dessous est à vous, n’hésitez pas à participer, me poser vos questions, me parler tout simplement, réagir à cet article. Vous pouvez également le partager sur les réseaux sociaux. D’ailleurs vous pouvez nous suivre sur Facebook, Instagram ou Printerest.

Je vous souhaite de merveilleuses aventures,

Au plaisir,

Stéphanie.

Look moi sur YouTube

Aime moi sur Facebook

Facebook Pagelike Widget

Cadeau pour toi

Tu veux voyager plus souvent, plus loin? Je t'offre mon ebook avec 23 astuces pour autofinancer (ou presque) tes voyages !

2 thoughts on “🌴 Comment devenir nomade digital : quels métiers et formations choisir ? 🌴

  1. Bonjour, très bon article ! Nous avons exactement la même philosophie que vous…Anciens expatriés, nous avons choisi pour le moment de rester en France le temps de faire 2 enfants mais on a la bougeotte alors on prépare notre tour du monde en bateau ! Ton article me parle évidemment 🙂 Je vais aller de ce pas sur les liens de formation que tu proposes . Petite question : comment fais-tu pour trouver tes clients assez rapidement ? Je débute donc je suis preneuse de toutes les infos….Merci à toi !

    1. Bonjour Audrey, merci pour ton retour et ces gentils mots. N’hésite pas si tu as des questions particulières ou besoins de précision. Pour trouver des clients au départ je suis allée sur des plateformes comme http://www.redacteur.com, cela m’a permis de prendre confiance en moi, puis sur codeur, mais je n’ai pas aimé le principe. Puis j’ai découvert Malt, au final ce sont les clients qui viennent à toi. J’ai eu dans le weekend 4 propositions de mission, je me suis mise d’accord avec 2 d’entre eux qui sont devenus mes premiers clients puis quelques semaines après j’ai eu plusieurs autres propositions, mais je ne cherchais pas spécialement donc j’étais sélective, et j’ai trouvé un autre client qui me plaisait. Donc je suis restée avec ces 3 clients jusqu’à la fin. J’ai refusé vraiment pas mal de missions, car j’étais complète et même en mettant que je n’étais plus disponible. Donc pour moi ce ne fut pas un problème de trouver des clients. Tu as beaucoup de clients qui cherchent des rédacteurs freelances dont c’est son activité pour bosser sur le long terme et ne plus chercher encore et encore des rédacteurs, car c’est juste un passe-temps ou un complément de revenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.