Découvrir le monde, Récit de voyage

🛫 Un vol sous pression pour arriver à Kuala Lumpur en Malaisie, Asie Ep 1 🛬

Et voilà, nous sommes partis, nous sommes même arrivés à Kuala Lumpur, la belle capitale de la Malaisie. Ce fut non sans mal je vous l’accorde et je vais tout vous raconter ici et maintenant. Vous êtes prêts ?

Super alors, installez-vous confortablement, je vais vous conter le 1er épisode des aventures de l’équipage de Le Monde Plein Les Yeux en Asie.

Ah, nous l’avons attendu ce retour sur ces terres, une nouvelle page en famille. Le 1er grand vol pour les enfants. Et nous n’avons pas fait les choses à moitié en plus. Au total, 16 h de trajet avec escale, je vous l’accorde.

Je vous avoue que même si nous sommes positifs, confiants, nous avions une part de doute et de craintes quant à la réaction des enfants cloîtrés dans un avion autant de temps. C’est vrai qu’ils ont déjà fait de très, trop, longs trajets en camping-car, comme lorsque nous sommes partis du sud de l’Italie pour rejoindre la Norvège sur un coup de tête (30h). Le jour où l’ont nous avait forcé le camping-car. Mais ça, c’est une autre histoire, n’est-ce pas ? Vous, vous voulez savoir ce qui a bien pu nous arriver ici, dans ce voyage, sur ce moment présent, n’est-ce pas ?

Plus d’hôtel à moins de 24 h de notre départ

Nous voilà donc le 31 août, au soir, il est 20 h, les sacs sont prêts, l’excitation monte, un délice ! Je regarde une dernière fois ma boîte mail et paf ! Surprise !
Ah nan pas la bonne, pas la géniale, pas celle qui vous transcende, mais celle qui vous dit, « oh merde, mais non pas maintenant ! ».
Un « gentil » petit mail du gérant de l’appart-hôtel que nous avons réservé pour 3 semaines, tranquille à quelques pas du centre-ville de Kuala Lumpur, avec piscine, salle de sport, une chambre pour chacun... en belle promotion presque en désespoir d’avoir des clients, à seulement 12 € la nuit.
Un vrai bon plan, n’est-ce pas ? Vous en rêvez ? Nous l’avons fait, lui, il nous l’a défait !
Eh oui, ce gentil monsieur pour une raison obscure et incompréhensible en anglais nous explique qu’il ne pourra pas nous recevoir comme prévu à notre arrivée à Kuala Lumpur ou KL pour les intimes.

Ah, mais nan !!!! Tu n’as pas le droit de me faire ça, pas à moi, pas maintenant, jamais d’ailleurs !
Et bien si, j’ai beau être Stéphanie Subrini, rédactrice de ce merveilleux blog de voyage, je ne suis rien du tout pour lui. Creunieunieu que les cafards te bouffent le cul durant ces 10 prochaines années mon petit gars !

Tu veux voyager plus? Plus souvent? Plus longtemps?

Je t'offre un guide avec 23 astuces pour autofinancer (ou presque) tes voyages. Tu as juste à me donner ton prénom, ton adresse mail, puis je m'occupe de l'envoie de ton cadeau de bienvenue. Puis, je te propose de se retrouver quelques part sur terre pour prendre un verre, ok?

Bon, il ne me reste plus qu’à téléphoner à Agoda, mon site de réservation d’hôtel préféré pour l’Asie, zou téléphone my lover... Ah, mais le SAV est fermé à cette heure-ci et ré ouvre à 9 h le lendemain, sachant que nous devons partir à 11 h d’Apt pour rejoindre l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry.
Une petite séance zen de méditation s’impose, hop en tailleur et nous respirons.

Allez, de toute façon, il y aura forcément un plan B, ce n’est pas si grave, nous jetons un bref coup d’œil à Agoda, des hôtels dans nos prix, il y en a. Bon, nous n’aurons pas tous les avantages à ce prix dérisoire, mais nous ne dormirons pas à la rue, alors autant en profiter pour prendre une bonne nuit de sommeil avant de gérer les enfants en avion.

Et hop, 8 h 30, debout, déjà fraîche et belle, si, si, bon OK, quand je me réveille c’est cheveux en pétard et muette tant que je n’ai pas avalé un truc. Mais j’ai envie de me raconter une belle vie comme ces mères incroyables qui arrivent toujours à l’heure, bien coiffées, calmes, avec des anges à la main devant les portails des écoles. Vous voyez de qui je parle là, hein? Car oui, ce truc-là, cela ne m’est jamais arrivé à moi. Un coup d’œil à gauche sur Cassandre qui roupille à côté de moi, quand elle dort c’est un ange, quand elle dort, un coup d’œil à droite avec Quentin qui lui... Ne dors pas et se tortille comme un verre.... Je confirme cela ne m’arrive pas ce truc à moi. Mais ce n’est pas grave, car nos enfants, ils sont pleins de vie et ouverts au monde, et na ! Ben oui mon cher Pierre-Albert qui n’a pas le droit de tremper tes doigts dans la peinture pour faire un joli dessin à maman, c’est ballot car ici c'est le bruit et les rires des enfants qui résonnent.

Bon, me voilà encore en train de divaguer. Revenons à nos cafards d’abord, vous sentez la crainte des cafards arriver ? 9 h, dring, je téléphone à Agoda, je suis déjà très agréablement surprise de me retrouver avec une hotline où je comprends ce qu’on me dit ! Oui je suis un brin médisante, mais c’est quand même vrai. Parfois à l’autre bout d’une hotline, certes la voix est exotique, mais aussi un peu incompréhensible. C’est important alors de souligner ce point avec Agoda. Je me retrouve avec un accent familier et la jeune femme va s’occuper de tout pour moi. La vie n’est pas belle ?! Allez pour la peine tourner générale de... jus d’orange, c’est le petit dej quand même, mais youpi tralala.

Mince alors, il est 10 h 45, je n’ai toujours pas de nouvelle d’Agoda ! La fourbe et coquinette, avec son bel accent français elle m’a endormi celle-là.
Ah si ! Vilaine que je suis, j’ai un mail qui vient d’arriver pour me dire... qu’ils n’ont pas trouvé de logement correspondant au même standing que ma réservation (sans blague ?!). Donc j’ai pour compensation, un hôtel spacieux, mais sans piscine, sans salle de sport, avec 2 lits doubles et un bon wifi. Screunieunieu, je dois partir dans 15 min, j’ai déjà l’essentiel + une carte cadeau de 20 $ + le remboursement évidemment. Allez on fait pas la difficile, on accepte et en route mauvaise troupe.

On sort sa coquille de Calimerette et nous partons sereins d’accord ? Zen restons zen.

La vie n’est que cupcake et arc-en-ciel

Bison futé voit rouge sur les routes de France et nous aussi par la même.

Nous avons eu la bonne idée, sans avoir réfléchi une seconde, de partir le 1er septembre, le dernier samedi du mois. Non ce n’est pas pour vous parler d’un film classé pour les adultes, mais du dernier samedi avant la rentrée de nos chères têtes blondes ou pas d’ailleurs, en France, les brunes ne comptent pas pour des prunes.

 

Ce fut une merveilleuse mauvaise idée....
Pourquoi ?

Car pour faire les 3 h qui nous séparait de l’aéroport de Lyon, il nous aura fallu plus de 5 h. Ah tiens ça continu pour ce voyage à haut risque pour nos nerfs et en plus la clim est en panne. Sinon ça ne serait pas drôle.

Je vous plante le tableau pour que vous compreniez bien, nous allons passer plus de 24 h dans les mêmes vêtements et avant même de monter dans l’avion nous voilà en train de transpirer dans une voiture à l’arrêt sur l’autoroute.
Ah, merci d’être déjà mariés pour le meilleur et surtout pour le pire, je ne suis pas sûre que ce soir je vais m’endormir bien lovée sous le bras de mon cher et tendre. D’ailleurs, je suis tellement désolée pour toutes les personnes qui vont croiser nos dessous-de-bras ces prochaines 24 h.

Mais entre nous, on part en Asie les gars, pour une durée indéterminée, on ne va pas se plaindre, si ? Alors, le sourire de beau gosse et nous avançons.

Un vol avec Turkish Airlines où nous avons bien mangé !

Oui, faut le dire, car quand on y repense on se souvient surtout d’avoir mangé dans les avions... Et avec cette compagnie c’est très bon, assez pour le souligner.

Les repas enfants dans les avions de Turkish Airline

Vous savez que c’est le moment dont la plupart des parents, voyageurs au long cours redoutent ? L’avion avec les enfants, la misère, le bagne, la torture ! Ils ont l’image du gamin à devoir occuper, encore et encore alors que toi parent modèle tu rêves juste de dormir... Que tu es déjà en train de penser à comment caler tes gosses sur ce putain de fuseau horaire à 6 h de plus .... Ben oui, car voyager vers l’est c’est plus difficile pour l’organisme que voyager vers l’ouest. Vous le saviez ça ?
Ou bien le drôle infatigable qui pleure, pleure, encore et encore, dont tous les passagers te regardent agacés, mais oui les gars vous croyez quoi ? Moi aussi j’aimerais le balancer par le hublot, mais tu vois le corps est bien trop gros pour pouvoir passer par là ! Le plus emmerdé là c’est moi, pas toi ! Alors, regarde ton écran et ta gueule connard. Oh quelle vulgarite ! Pourtant je vous assure que ce n'est pas du vécu.

Ben, en fait, ça s’est super bien passé ! J’avoue que monsieur l’écran tactile et interactif des avions de Turkish Airlines a beaucoup intéressé Quentin et Cassandre. Ils ont eu accès à une vidéothèque de malade et quelques jeux pour les enfants, mais surtout voir où nous étions en temps réel, notre altitude et même des caméras pour voir ce qui se passe devant et sous l’avion ! « Mais c’est génial ce truc maman ! » « Oui mon chéri, vas y amuses toi, je suis une maman trop cool qui va te laisser faire "presque" ce que tu veux tant que tu restes sur ce fauteuil, que tu ne chouines pas, OK mon chou ? ». (Et demain mon pauvre, tu redescends sur terre et les règles aussi, faut pas déconner non plus).

Cassandre qui profite de l’écran tactile

Moralité, notre première escale avec notre départ à 18 h 30 pour arriver à 22 h 30 (heure d’Istanbul) s’est passé devant la télévision. Puis à 1 h du matin quand nous sommes remontés dans l’avion, Cassandre s’est endormie tout simplement comme à la maison sur mes genoux et s’est réveillée, heuuu non, et nous l’avons réveillé lorsque nous avons atterri, que la majeure partie des passagers soient descendus.
Quentin quant à lui a joué un peu aux jeux interactifs et s’est endormi sur les genoux de Dimitri pour se réveiller juste quelques heures, somnolent et sage jusqu’à l’arrivée.
Ouais je fais ma crâneuse avec des enfants modèles, faut que j’en profite ce n’est pas tous les jours ainsi.

Bon nous, un peu fatigués, dormir sans bouger pour que les enfants soient bien installés ce n’est pas l’idéal, mais au moins nous sommes calmes, nous avons pu parler et passer un instant presque seul parmi des centaines d’autres passagers.

Ah ça sent bon une suite positive du voyage, vous ne trouvez pas ?

Les fameux bagages en soute.

Ouais, mais si l’histoire se terminait ainsi sans un dernier petit soubresaut ça serait presque dommage ? Alors nous continuons ce vol à très haut risque.

Nous arrivons la fleur au fusil dans un aéroport très beau, très grand. Nous comprenons où nous devons aller pour récupérer nos bagages. Ah oui, je ne vous ai pas dit. Vous savez que nous voyageons avec juste 4 bagages cabines, 4 sacs de 40 L. Et bien, comme nous avions une escale de nuit et que Cassandre est une dormeuse, nous nous sommes dit que pour une fois nous allions mettre 2 des sacs en soute au lieu de les garder avec nous et nous encombrer. Ben oui, c’est une bonne idée, non ?

Voilà, vous avez compris, non ce ne fut pas une bonne idée, mais alors pas du tout ! Ben oui, la seule fois où nous avons un bagage en soute, enfin 2, il faut bien que la compagnie nous en perde un !!!!! Et vous savez quoi ?
C’est en plus, celui où, nous avons nos vêtements à Dimitri et moi. Oui, oui déjà que nous commençons nous même à ne plus supporter notre odeur de toutes ces péripéties...
Le gentil personnel nous explique après une longue recherche que notre bagage n’est pas perdu, ouf.... Il est juste encore à Istanbul..... QUOIIIIII tu veux mon gars que je t’asphyxie en t’exprimant mon besoin express de douche ????? Do not panic Madam, il arrive demain soir à 17 h avec l’avion de demain.

Faut garder le sourire, même si c’est forcé

Bon de toute façon, que voulez-vous que je fasse de plus, à part un grand sourire, un merci et à demain... Allez dans quelques jours nous allons en rire en écrivant tout cela sur le blog j’en suis certaine. Bon, je ne rigole pas à gosier ouvert, mais j’avoue avoir un sourire à écrire cet article. Nous avons toujours des péripéties, mais le verre est à moitié plein mon cher Watson chez les Subrini’s.

Un gros dodo sans suppo.

Ah ça oui, nous arrivons à notre hôtel, pas super frais, enfin surtout Dim et moi. Car Quentin et Cassandre c’est presque la pleine forme, normal, ils se sont réveillés il n’y a pas longtemps. Nous déposons nos affaires, nous prenons une douche salvatrice, nous renfilons nos vêtements beurks, changeons nos enfants, eux, ils ont leurs habits.
Puis nous allons faire un tour dans la rue, un sympathique restaurant pakistanais nous attend, nous nous laissons tenter. Nous demandons tout ce qui est « no spicy please » histoire de ne pas avoir en plus la chiasse à peine arrivé, faut habituer l'estomac. Un bon repas, un tour dans le quartier, il est déjà 23 h, enfin heure locale, pour vous et notre organisme juste 17 h, nous rentrons, nous couchons tout le monde. Nous avons trop envie de dormir, heuu les parents, pas les enfants. Nous croisons les doigts pour qu’ils ne se battent pas pendant que nous roupillons et nous leur autorisons de jouer encore un peu avec les doudous avant de s’endormir. Finalement je pense qu’ils se sont endormis pas longtemps après. Nous nous réveillerons tous les 4 à 16 h le lendemain, heure locale..... Oh my god!!!! Nous devons être dans une heure à l’aéroport !!!! Bon, nous renfilons encore et nous espérons pour la dernière fois nos vêtements presque encore moites, je refuse de remettre ma petite culotte, faut pas déconner, non, pas 48 h avec la même, personne ne le saura en plus. Enfin maintenant...., on est entre amis, ça reste entre nous, hein?

Retour à l’aéroport, mais où est ce foutu office !

Nous sommes de retour à l’aéroport, nous allons aux sorties pour pouvoir entrer chercher notre bagage. Il nous faut un laissez-passer. Jusque là, c’est compréhensible. On nous explique qu’il est au 2e étage à bureau des offices, jusque là c’est toujours facile, sauf que nous faisons de long, de large l’étage et nous ne le trouvons pas.
Bon, on remonte, on redemande, on nous réexplique qu’il est au 2 d étage, mais aussi qu’il est à côté de l’ascenseur. Ah ben oui, nous sommes des taupes, nous sommes passés devant sans comprendre que c’était lui, nous allons mettre ça sur le dos du décalage horaire. Un laissez-passer juste pour Dimitri, je m’assois prête à attendre des heures, je commencer à jouer avec les enfants à chifoumi pour les occuper. Et... ciel mon mari ! Déjà ! À peine les bagages déposés, il a repéré notre sac et est déjà de retour.

Ben voilà, tout est bien qui finit bien. Il nous en fallait peu, nous sommes tous les 4, main dans la main, soulagés avec un large sourire. Ben oui, les amis, la vie est belle et au final nous n’avons rien eu de grave. Nous apprenons tous les jours que la vie n’est pas si compliquée, rien n’est bien grave et les solutions toujours présentent. Alors nous sommes heureux et contents, nous réalisons nos rêves. Le verre est toujours à moitié plein. Et vous ? N’oubliez pas de réaliser vos rêves d’évasion.  

Et entre autres aussi, si l’article vous a plu, partager-le, commenter-le, liker-le, et tutti frutti, n’oubliez pas de nous suivre sur Facebook, Instagram et YouTube. À bientôt pour de nouvelles aventures !

Avec vous,

Stéphanie.

Look moi sur YouTube

Aime moi sur Facebook

Facebook Pagelike Widget

Cadeau pour toi

Tu veux voyager plus souvent, plus loin? Je t'offre mon ebook avec 23 astuces pour autofinancer (ou presque) tes voyages !

2 thoughts on “🛫 Un vol sous pression pour arriver à Kuala Lumpur en Malaisie, Asie Ep 1 🛬

  1. Hihihi ! C’est là où tu te dis (cherchons le truc positif) c’est quand même cool que je ne sois pas juste en simple vacances !
    Par contre très pourquoi ne pas avoir acheté des fringues à l’aéroport en ple quittant ? Vous vous les auriez fait rembourder !

    Allez je file fouiner dans le blog pour voir si je trouve vos préparatifs scar 4 sacs de 40L pour 4, je tire mon chapeau !!!

    1. Merci à toi pour le compliment sur les sacs, je sens que je vais faire un article sur le sujet car cela revient souvent comme question. Nous ne voulions pas acheter d’affaire car nous voyageons en mode minimaliste et nous aurions eu donc des vêtements qui seraient venus après nous embeter et les jeter après n’est pas trop dans notre façon de faire. Mais si cela avait dû duré nous aurions fait ainsi alors. Je te souhaite de merveilleuses aventures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.